Top 5 pour commencer avec le
zéro déchets

Les mouchoirs1

Autrefois, appelé «coffins à roupies», c’est-à-dire littéralement «panier à goutte au nez», le mouchoir est avant tout utilisé pour se moucher le nez.

Au temps des rois, il pouvait être de soie et tenu à la main, le mouchoir servait alors à la séduction féminine. Encore actuellement, pour ces messieurs il est un bout de tissu que l’on porte dans sa veste, subtilement visible grâce à de savants pliages.

Les bouteilles d’eau2

Regarder la celle-là, elle n’a pas changé depuis les années 60, toujours la même forme, la même couleur, aucune originalité, aucun style.

La bouteille en plastique referme le liquide le plus précieux essentiel à toutes vies. C’est un paradoxe que ce liquide si précieux soit dans un contenu si nocif pour notre environnement.

En inox, la gourde me fait penser à l’aventure, les promenades en nature. Parfois plus excentrique, elle peut être plus coloré, fleuri.  En verre, la bouteille nous fait revivre des temps passés.

Les sacs de courses3

Mon sac de course en plastique prend de temps en temps son envol  pour exploirer notre planète mais le problème c’est que ses comparses font pareil. Aimant s’accrocher aux arbres et aux plantes, ils ont la facheuse habitude d’y rester pendant quelques années. Ils aiment également exploirer les océans et créer de  » nouveaux continents », inaccessibles aux êtres vivants évidemment, ils y accueillent uniquement leurs collègues faits de pétrole.

Trop c’était trop !!!

La France a déclaré la guerre à l’un de nos ennemis du quotidien en 2016, sacs en tissu et en papier résistés car vous avez de beaux jours devant vous ! 

LIRE L’ARTICLE

Les éponges4

Appelez-la comme vous voulez, Bob ou Ernie (nom du hérisson d’une célébre marque d’éponge industrielle), cela ne la rendre pas plus sympathique à mes yeux. Donnez-lui donc le nom de « Nid à saleté », « Gogo chimique » ou « Imputresciblator » !

Pour ma part, mes éponges se nomment « Récup’Tawashi », « Doux crochet » et « Absob’tisse » 😉

Le film alimentaire5

Transporter, conserver, protèger, isoler, il est rentré dans nos cuisines aussi rapidement que les éponges industrielles. Difficile à déloger, j’en suis à m’en demander si cela n’est pas finalement mangeable. Car il paraît que l’on en mange…du plastique, de très très petites quantités certe mais je me dis au cas où je n’ai plus rien à manger il me reste toujours mon rouleau de film alimentaire.

LIRE L’ARTICLE