Un été sans coup de soleil avec la Crème Pare-Soleil faite maison

Un été sans coup de soleil avec la Crème Pare-Soleil faite maison

L’été arrive et les coups de soleil aussi. Les débats sur les meilleures crèmes solaires n’en finissent plus et chaque année de nouvelles recherches apportent des éclaircissements concernant la toxicité de ces crèmes. Crème solaire faite maison bonne ou mauvaise idée ? J’espère qu’avec cet article je vous apporterai quelques éléments de réponse. Cette recette n’ayant pas été testée en laboratoire, je ne peux que présumer de son indice. Je vous propose donc une recette de crème solaire faite maison indice 30.

Le saviez-vous ? Petite anecdote pour briller en société.

De l’Antiquité au XIXième, l’humain a cherché à se protèger du soleil. Non pas parce qu’il était néfaste mais parce que le bronzage était vu comme le symbole du travail et le travail était pour les basses couches de la société. Du céruse au plomb, toutes sortes de formulation plus ou moins néfaste ont été utilisées.

Dès le début du XXième siècle, le bronzage commence à être un critère de beauté comme l’indique Marcel Proust dans son livre À l’ombre des jeunes filles en fleur,  1919 :  » le beau déroulement des vierges, à la fois dorées et roses, cuites par le soleil et par le vent, […], aux belles jambes, à la taille souple […] « .

La véritable ascension de la commercialisation de la crème solaire sera dans les années 30, un peu avant les premiers congés payés de 1936.

Le Sun Protection Factor (SPF) sera déterminé dans les années 70. Néanmoins face aux allégations des fabricants quant à l’efficacité des crèmes solaires, les indices de protection seront réglementés en 2006. Quatre catégories de niveau de protection sont retenues : protection faible, moyenne, haute et très haute. Huit valeurs sont affichables : 6, 10, 15, 20, 25, 30, 50 et 50+. La mention « écran total » est interdite car une crème solaire ne constitue pas une protection suffisante contre les UV.

Ingrédients :
– 60 g de cire d’abeille pour la tenue de la crème. 
– 60 g d’huile végétale, j’ai utilisé de l’huile d’olive pour l’hydratation de la peau et de l’huile de coco qui est un activateur de bronzage et qui a un facteur de protection solaire (FPS) qui oscille entre 5 et 8.
– 60 g de beurre végétal, j’ai utilisé du beurre de karité qui est riche en Karitène, en vitamine A et en alcools terpéniques qui absorbent une partie des rayons UV et renforcent l’activité des filtres solaires
– 2 g de d’huile de pépin de pamplemousse pour la conservation
– 18 g d’oxyde de zinc
– 20 g d’eau
Matériel :
– un fouet
– 2 récipients pour les mélanges
– une casserole
– un pot
– une balance
Étapes pour une crème solaire avec filtre minéral :
1.Faire fondre les huiles, le beurre et la cire sans les faire bouillir
2.Dans un deuxième récipient, mélanger l’oxyde de zinc et l’eau. Si nécessaire, mélanger avec un petit batteur car l’oxyde de zinc à tendance à faire des grumeaux.
3.Ajouter l »huile de pépin de pamplemousse au premier mélange
4.Verser le mélange n°1 dans le mélange n°2
5.Verser le tout dans le pot de votre choix. Comme j’ai fait le choix d’utiliser de moins en moins du plastique, j’ai récupéré un contenant en verre.
6. Mettre le mélange au réfrigérateur pendant 2h.
Durée de conservation de la crème : 6 mois.
Pourquoi cette recette est notée « Jeune Pousse » ?
Le plus difficile dans cette recette est la manipulation de l’oxyde de zinc. Tout d’abord, l’oxyde de zinc doit être manipulé avec précaution. Pour les manipulations, munissez-vous au minimum de gants et d’un masque anti-particules.
Ensuite la seconde étape la plus compliquée est le lavage du matériel. En effet, la combinaison de la cire d’abeille et des huiles fait que le matériel ne se lave pas facilement.
L’oxyde de zinc, le choix du moins pire ?
L’oxyde de zinc est un corps chimique très efficace car il absorbe les rayons UV. Il bloque les rayonnements UVA (longueur d’onde plus longue) et UVB (longueur d’onde plus courte), protégeant contre les coups de soleil, les dommages cutanés et le cancer. L’oxyde de zinc est fabriqué à partir de vapeur de zinc, ce qui en résulte des micro particules. Ce sont ces micro particules qui donne un aspect blanchâtre à la crème et également nous faire ressembler à un fantôme lorsqu’elle est appliquée sur le corps.
Le coeur du problème : des particules encore plus fines peuvent être fabriquées ce qui donne un aspect moins opaque à la crème et améliore la texture des cosmétiques et des crèmes solaires, on les appelle les nanoparticules. Les nanoparticules sont actuellement au coeur des débats scientifiques. En effet, elles sont toxiques pour l’homme et l’environnement. Si vous souhaitez en savoir plus je vous invite à lire quelques articles sur le sujet.
Le second problème de l’oxyde de zinc est sa toxicité pour l’environnement aquatique. Voilà un véritable problème car lorsque je mets de la crème solaire, c’est le plus souvent à la plage et je me baigne dans la mer après. Alors entre choisir une crème solaire dont je ne connais pas le nom et les propriétés des ingrédients et fabriquer ma crème solaire non testée en laboratoire avec UN ingrédient toxique pour l’environnement je choisis la fabrication maison j’aurais tout de même limité mon impact sur l’environnement. Les meilleures protections contre le soleil sont d’éviter de s’exposer et de s’équiper de vêtements longs et de lunettes de soleil.

Article suivant →

L’entretien de mon vélo mais de façon écologique

L’entretien de mon vélo mais de façon écologique

L’entretien de mon vélo mais de façon écologique

Pendant longtemps l’entretien de la chaîne de mon vélo s’effectuait avec mon ex-produit fétiche pour les bricolos du dimanche comme moi : le WD-40. Il me servait à nettoyer et à lubrifier ma chaîne. Grosse erreur. Tout d’abord, il faut dégraisser sa chaîne, le dérailleur avant et arrière, ensuite il faut nettoyer le tout puis graisser. Le WD-40 graisse et lubrifie bien mais ne nettoie pas. Enfin, ce n’est pas un produit écologique, c’est dans ce cadre que j’ai essayé de chercher une alternative ÉCOLOGIQUE et ZÉRO DÉCHETS !

Le saviez-vous ? Petite anecdote pour briller en société.

Le WD-40 est à base d’hydrocarbure volatile et d’huile à base de pétrole. La composition exacte du produit est un secret commercial.

Dégraissage et nettoyage de ma chaîne :
1.Le mieux est de tout démonter (mais moi je n’avais pas l’âme d’une mécanicienne vélo, je suis donc passer à l’étape 2)
2.Nettoyer la chaîne, le dérailleur avant et arrière au savon de Marseille (j’ai d’ailleurs entièrement nettoyé mon vélo au savon de Marseille), pour cela armez-vous d’une vieille brosse à dent et d’une vieille éponge.
3.Laissez sécher
Lubrification de ma chaîne :
Avant de passer à cette étape, remonter les dérailleurs et la chaîne
1.Faire fondre une cuillère à café d’huile de coco avec un cuillère à soupe d’huile d’olive
2.A l’aide d’un pinceau, appliquer les huiles sur les dérailleurs et la chaîne.

Mon résultat n’est pas parfait car je n’ai pas tout démonté et j’avais quelques années de non-entretien de mon vélo mais j’ai déjà vu la différence.

← Article précédent

Des yaourts maison faciles pour ceux qui aiment les laitages

Article suivant →

Comme avant, je fais ma lessive au savon

J’y vois plus clair

J’y vois plus clair

Des verres propres pour mes lunettes grâce au spray nettoyant écologique pour mes lunettes. J’ai réutilisé des ingrédients que j’avais déjà employé et le tour était joué. 

Ingérdients :
  • 30 ml d’eau
  • 10 ml de vinaigre blanc
  • 10 gouttes d’huile essentielle de tea-tree (ou de citron)
Matériel :
  • Un bol
  • Un entonnoir
  • Un flacon pour le stockage
Étapes :
1. Mélange tous les ingrédients dans le bol
2. Verse le mélange dans le flacon
3. Nettoie tes lunettes comme d’habitude

← Article précédent

Eye liner noir vegan

Article suivant →

Les aliments confinés 😉

Chaud devant !

Chaud devant !

C’est le printemps, il fait beau , c’est l’heure des barbecues mais j’ai voulu un barbecue un peu plus naturel et surtout qu’il sente moins l’allume-feu à base de pétrole.
Vous n’utilisez plus vos disques de coton jetable car vous utilisez des disques démaquillants lavables , et vous ne savez pas quoi faire de vos anciens cotons car vous ne voulez pas les jeter non plus !!!
Recyclez-les et réutilisez-les !!! Si vous n’en n’avez plus, j’ai 2 autres recettes que je vous ferai partager prochainement.
Matériel :
  • un bol
  • une cuillère
Ingrédients :
  • 1/2 cuillère à soupe de cire d’abeille
  • un disque de coton
Étapes :
1. Versez la cire dans le bol
2. Faites fondre la cire au bain marie
3. Imbibez le disque de coton
4. Laissez sécher le disque
5. Pour l’utiliser, il suffit de le casser en deux et d’allumer comme une bougie.

← Article précédent

Demandez le lierre !

Article suivant →

Poudre magique nettoyante pour les cheveux

Imperméabilisant qui sent bon l’abeille

Imperméabilisant qui sent bon l’abeille

Un imperméabilisant qui sent bon la cire d’abeille

Matériel :
  • un bol ou un saladier
  • un fouet
  • un pinceau ou un vieux bout de tissu
  • un pot pour le stockage
  • chaussures à imperméabiliser
Ingrédient :
  • 6 cuillère à soupe huile végétale (n’importe laquelle, moi je prends la moins chère)
  • 1 cuillère à café de cire d’abeille
Étapes :
1. Versez tous les ingrédients dans le bol
2. Passez le bol au micro-ondes (1min/1min30) ou au bain-marie
3. Mélangez
4. Appliquez le mélange sur vos chaussures avec le pinceau
5. Laissez sécher
L’huile végétale va protéger le cuir de mes chaussures et le nourrir tandis que la cire va l’imperméabiliser et fixer le tout.
A la fin de l’opération il me restait un peu d’imperméabilisant, je l’ai donc mis dans un pot pour la prochaine fois. Il me suffira juste de le réchauffer au micro-ondes.
Ça marche aussi pour le vêtements.

← Article précédent

Poudre magique nettoyante pour les cheveux

Article suivant →

Tawashi recyclés avec des chaussettes

Tawashi recyclés avec des chaussettes

Tawashi recyclés avec des chaussettes

C’est un peu par hasard que j’ai réalisé ces tawashi. L’ennui, le confinement, de vieilles chaussures trouées qui traînaient et une question ! Que pouvais-je bien faire avec des vieilles chaussettes que je ne voulais pas jeter ? J’étais sûre que la planète internet allait me trouver une solution. Nombreux sont les blogs, les vidéos Youtube, les sites internet qui parlaient de ces petites choses venues tout droit du Japon. J’ai décidé de me lancer au début du confinement avec ce que j’avais sous la main, c’est-à-dire pas grand chose, il a fallut que je sois créative mais j’ai réussi à créer mes premiers tawashi.

Éclatez-vous à découper, recycler et remanier vos anciens vêtements !

Matériel :
  • des chaussettes ou des leggins ou des vêtement à manches (des vêtements qui s’enfilent), le mieux c’est d’avoir plusieurs couleurs pour un rendu plus sympa
  • des ciseaux
  • une matrice (planche en bois et clous pour la fabrication) –>moi je n’avais ni l’un ni l’autre j’ai donc dû improviser. Dans l’idée que tout peut être recyclé j’ai pris une cagette en bois que j’ai eu en faisant quelques achats.
Étapes :
1. Fabriquez la matrice –>plantez des clous tous les 2 cm. 5 clous par côté
2. Découpez 10 anneaux dans le vêtement–>le mieux c’est qui soit similaire mais là c’est pareil j’ai dû improviser

3. Commencez par aligner 5 anneaux de tissu sur les clous et placez les 5 anneaux restants en alternant en dessous, au-dessus sur les anneaux déjà positionnés. Répétez l’opération pour chaque anneau, comme sur la photo.

4. Afin de lier le tawashi, décrocher une première boucle à une extrémité puis une seconde juste à côté. Passez la deuxième boucle dans la première, de sorte que vous n’ayez plus qu’une boucle entre les doigts. Ensuite, décrochez une nouvelle boucle à côté et réitérez l’opération. Toujours le jeu du au-dessus, au-dessous.

5. Pour la dernière boucle, effectuez la même chose que les précédentes mais serrez très fort à la fin.

← Article précédent

Imperméabilisant qui sent bon l’abeille

Article suivant →

Visez l’éclat de votre vaisselle